lunes, 17 de octubre de 2016

Y otro poema de Maurice Câreme, dedicado a la paz


La paix

Donc l'enfant dessina le roi
Avec un splendide uniforme,
Puis des bataillons de soldats
Avec le fusil sur l'épaule.

Il mit, devant eux, des canons
Montés sur des chariots énormes
Et, tout au dessus, des avions
Effrayants comme des fantômes.

Ensuite, il s'écria : " je suis
La paix ! "Alors, dans son étui,
Il prit sa gomme préférée.

Et, de quelques coups vigoureux,
Il effaça toute l'armée
Et ajouta "Béni soit Dieu!"

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada

Envía tus comentarios